Et pendant tout ce temps …

Des cours, des stages, des incertitudes qui mettent en valeur d’autres certitudes…
L’IFSI, il faut avoir envie d’y aller. Un monde si particulier. Déjà, qui  -se damnerait- pour supporter au quotidien la souffrance des patients, de leur famille, la mort, ce monde si particulier où d’un stage à l’autre on vous traite comme une simple stagiaire/on vous tiraille, ou rarement on vous traite comme une future collègue?

Car c’est bien ce que nous serons…des futur(e)s collègues. Beaucoup l’oublient, quelles têtes feront-ils lorsqu’ils nous recroiseront?

Ex récent: mon job d’été. Je mets à l’oeuvre mes « compétences acquises » comme ils disent. Dans un lieu que je connais, qui m’a marqué, celui de mon tout premier stage, angoisse du milieu/angoisse du premier patient que l’on verra (et quel patient! Image gravée dans ma mémoire à jamais…)
Ce stage où toute l’équipe m’épaulait, où moi j’encaissais les difficultés que l’on peut rencontrer (beaucoup de décès, on se sent inutile, dans un milieu palliatif lorsqu’il ne reste plus rien…du desespoir… pas l’ambiance imaginée, j’avais 21 ans.) et où UNE m’a fait pleuré, s’est acharnée sur moi. Elle allait mal, il faut la comprendre dans un service de soins comme celui ci. Mais au lieu de s’occuper de son mal être, elle le transférait sur d’autres. Ce jour là, c’était sur moi. Quelle ne fut pas ma surprise de la croiser il y’a quelques jours me souriant de plus belle en me saluant dans le vestiaire de l’hôpital! Je n’ai pas apprécié ça. L’ironie de l’histoire? Mon visage a dû lui sembler familier mais pas précis, elle ne s’est sans doute pas souvenu de moi, moi je me suis souvenue d’elle.

Alors il y’a ça: premier stage de première année.
Et en comparaison il y’a ce dernier stage, fin de deuxième année. Déjà on nous regarde autrement. Mais je les regarde autrement aussi. Ils me considèrent différemment, sont beaucoup plus exigeants aussi et c’est très compréhensible. Là on emploie le terme « future collègue », on s’implique dans l’encadrement, on ne crache pas forcément sur cette « nouvelle réforme ».

Je fais partie d’une nouvelle réforme! Ah ah! Je souris quand je relis mes posts sur mon ancien blog, où lors de mes oraux je tatonnais à leur montrer que je savais que j’allais tomber dans une nouvelle réforme, un nouveau référentiel! J’étais bien loin de ce que j’allais rencontrer.

Cette réforme, elle est magnifique! Elle offre un grade licence, une approche par compétences, elle est plus logique: une approche dans la globalité de l’humain, d’abord l’Homme sain, puis l’Homme pathologique! Certes elle n’est pas parfaite, il faut le temps qu’elle se mette en jambes, il faut bien s’échauffer et s’entrainer avant de devenir explosif! Laissons lui quelques années. Elle n’est que le premisse de quelque chose de Grand. Je suis de cette première promo, celle qui fait lever les yeux au ciel de certains professionnels, la fin d’une époque, pour les plus jeunes, la fin de leur référentiel de formation. Je comprends, laissons les faire le deuil. Ce grade qui va offrir dans les futures années, de nouveaux masters, de nouveaux métiers, une reconnaissance qui n’était pas toujours là. Ce grade!… qui ouvre les portes de l’€urope! Moi j’aime ce référentiel, je n’ai pas l’impression de devenir moins bonne infirmière que ce que j’aurais pu être sous l’ancienne forme.

N’ayez pas peur de ce que l’on vous dira dessus. Plus de MSP!!! mais quel bonheur! Je souris lorsqu’on me prétend qu’à cause de ça je ne connais pas le stress. Joli blague! Plus de pièce de théâtre, tellement différente de ce qu’est le soin au quotidien, qui peut vous laisser sur la carreau et vous empêcher l’accès au diplôme! Au moins maintenant j’observe les pratiques au quotidien, et cela oblige les IDE à être encore plus rigoureux.

Alors quel outil d’évaluation? Une évaluation continue, des obligations instaurées par chaque IFSI selon leur rigueur, un portfolio certes très embêtant, mais qui sera corrigé au fil des promotions.

Soyez fiers de ce nouveau changement, soyez fiers d’en faire parti. Vous me redirez dans quelques années…

Pour terminer cet article, voici une illustration issue du blog de Dan l’Infirmier, qui exprime parfaitement (en partie hein ^^) la fin de nos stages:

Publicités

My Fairy Tale Too

Quelques mois, années même! ont passées… J’ai eu envie de poursuivre l’écriture de ce blog mais sous un nouveau chapitre. C’est pourquoi je ré-ouvre ce blog, ailleurs, illustré d’un nouveau ‘template’, nouvelles histoires, nouveau blog.
My Fairy Tale
, relatait une année parsemée de concours, de doutes, jusqu’à l’issue favorable.

Dans ma jolie petite ville, il y’a un endroit très cosy où j’aime aller, cet endroit magique s’est récemment agrandi et le nom de cette extension est l’identique du premier mais comporte le ‘too’ pour se démarquer. J’ai bien aimé ce concept, je l’ai utilisé pour le nom de ce blog.

A la prochaine rentrée, je serai dans l’ultime ligne droite avant de devenir professionnelle. Oui, j’entre en 3ème année d’études en soins infirmiers. Ceux qui m’ont suivi, qui entrent en 1ere année en septembre prochain doivent se dire qu’il y’a eu du chemin depuis…et je ne vous le fais pas dire! C’est ce chemin que, brièvement, je confierai, puis mes nouvelles aventures.

Bienvenue sur ce blog, je vais essayer d’en faire un endroit, cosy, confortable, afin de vous y ‘voir’ souvent.

Photo: http://www.luismonteirophoto.com/ 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.